dimanche, octobre 20, 2013

La prière du "Notre Père qui es aux cieux" prochainement corrigé

Après 17 ans dez travaux, une commission de 70 experts issus de divers pays francophone a statué: le Notre Père vu subir un léger changement avec l'adoption de ne nous laisse pas entrer en tentation à la place de ne nous soumets pas à la tentation. Cette modification toutefois ne cnocerne que la lecturede l'Evangile du jour par les prêtres. Il faudra attendre l'an prochain et la nouvelle traduction du missel pour savoir si tous les croyants devront adopter la nouvelle formulation du Notre Père.
 
La phrase incriminée et ne nos inducas in tentationem signifie littéralement et ne nous induis pas en tentation est depuis longtemps sur la sellette (voir Mgr André-Mutien Léonard, Père, que ton règne vienne, Ed. de l'Emmanuel, 1998, 180 pp.). Car, non seulement ne nous soumets pas à la tentation évoque un Dieu tentateur qui provoque le croyant, mais la formule ne laisse pas de place au libre arbitre enre le bien et le mal.
 
Cette modification est un travail d'administration ordinaire pour l'Eglise catholique, qui en modernise enpermanence les traductions de la Bible. L'Italie avait procédé à cette correction en 2010. Au fils des temps, des milliers de modifications (mots désuets remplacés par des termes plus actuels, nuances imposés par la hiérarchie) ont été apportées au lectionnaire, le livre contenant les passages des textes religieux des offices.
 
Sources:
- Analyse de Benoît XVI sur la paternité divine du Père, in www.vatican.va (E.S.M.);
- Notice "Notre Père" sur Wikipedia.