mardi, juin 12, 2012

La gifle comme réflexe face une insulte

..n'est pas un acte de légitime défense.

L'attitude de la victime, voir l'insulte bâtard évoquée par le prévenu, ne sont pas de nature à justifier une réaction de violence, fût-elle légère, sur le fondement de la légitime défense, en l'absence de toute tentative de violence physique.

Un maire gifle un adolescent qui l'avait insulté. En d'autres temps, ce dernier serait probablement rentré dans ses foyers, se gardant bien de le dire à son père. Mais le monde évolue et ce n'est pas nécessairement mauvais. Après diverses péripéties, le maire est poursuivi devant le tribunal correctionnel pour violences volontaires n'ayant pas entraîné d'incapacité de travail (Code pénal, article L. 222-13), et la partie se constituant partie civile.




Sources: Trib. Corr Avesne-sur-Helpe, 17 février 2012, n°199/2012: M. Pierre D c/M. Maurice B. (commentaires)

Libellés : , , , , , , , ,