jeudi, janvier 13, 2011

Réseaux ad hoc : l'information passe mieux quand elle est partagée par tous

Donner à chaque capteur l'ensemble de l'information en circulation dans un réseau ad hoc permet d'éviter toute perte de données. Et d'accélérer le processus de transmission aux goulots d'étranglement.

Pour augmenter la rapidité du transfert d'information dans les réseaux de capteurs ad hoc - dont la particularité consiste à être dépourvus d'une infrastructure qui supervise le tout -, il faut que l'ensemble des nœuds du réseau bénéficie des données prélevées par le maximum de capteurs. Cela en tenant compte des goulets d'étranglement, affirment deux scientifiques (l'un du laboratoire MIT Computer Science and Artificial Intelligence, et l'autre de l'Institut israélien des technologies). Ceux-ci ont développé un algorithme qui optimise la transmission d'information sur ces réseaux de capteurs. Pour y parvenir, le système permet à chaque nœud d'envoyer l'ensemble des données dont il dispose à un autre capteur. C'est-à-dire les siennes et celles qu'il a reçues de ses pairs. Cela tantôt de façon aléatoire. Et tantôt en choisissant en priorité un capteur qui ne lui a pas encore envoyé de données. L'enjeu, selon les scientifiques, est de faire en sorte que les nœuds qui font le lien avec d'autres groupes de capteurs (via un goulot d'étranglement) récupèrent eux aussi les données transmises par l'ensemble du groupe, en un minimum de temps.

Modifier le mode de communication des capteurs

L'algorithme conçu par les chercheurs modifie en fait le mode de communication des capteurs. Celui-ci fonctionne par sessions successives (ou "round", en anglais). Un capteur ne pouvant, à chaque fois, ne transmettre les informations dont il dispose qu'à un seul autre. Dans un premier temps, le capteur choisit de façon aléatoire un autre nœud du réseau. Il lui transmet ses données. Au deuxième tour, il sélectionne un autre capteur, mais un dont il n'a reçu aucune information au tour précédent. L'opération – sélection aléatoire, puis sélection en fonction des retours préalables - est reproduite avec tous les autres nœuds avec lesquels il est en relation, successivement.

Rechercher à communiquer avec les nœuds "silencieux"

Cette méthode permet de propager plus rapidement l'information à l'intérieur du réseau, selon les scientifiques. Et du coup de consolider l'ensemble du système. "L'idée est de suivre un ordre aléatoire pour véhiculer l'information rapidement entre les capteurs interconnectés", explique l'un des chercheurs. Et de continuer : "mais dans l'alternance, de faire en sorte que chaque appareil repère les capteurs dont il n'a reçu aucune information, pour s'assurer que les données circulent aussi rapidement dans l'ensemble du réseau, jusque dans les goulots d'étranglements". A noter : Les scientifiques ont présenté leur algorithme lors de l'ACM-SIAM Symposium 2011

 qui s'est récemment tenu à la Nouvelle Orléans.

Sources :  http://www.atelier.net/articles/reseaux-ad-hoc-linformation-passe-mieux-partagee