dimanche, avril 18, 2010

Adage biterrois: "Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens"

Nous connaissons tous cette phrase célèbre, liée depuis des siècles à notre ville : Pendant le sac de Béziers, en 1209, le légat du Pape Innocent III, Arnaud Amaury, consulté sur ce qu'il y avait à faire des catholiques mêlés aux hérétiques dans Béziers, aurait répondu :

"Tuez-les tous; Dieu connaîtra bien ceux qui sont à lui".

 (La phrase exacte Caedite eos. Novit enim Dominus qui sunt eius se traduit plutôt par : "Massacrez-les, car Dieu connaît les siens")

Pourtant, cette phrase n'est citée par aucun des auteurs présents sur les lieux, tel Pierre de Vaux-Sernei. Elle apparaît, pour la première fois, dans les écrits du moine Pierre Césaire de Heisterbach, religieux de l'ordre de Cîteaux du monastère d'Hesterbach près de Bonn. En 1219 et 1223, à deux cent lieux du pays qui en avait été le théâtre, celui-ci composait, dans son diocèse de Cologne, douze livres ridicules Illustrium miraculorum et historiarum memorabilium (parus dans leur première édition, en 1481, sous le nom de Dialogi de miraculis) où il relate, sous forme de dialogue, l'évènement (entre autres). Le contenu fantaisiste de ces ouvrages démontre le peu de sérieux de cet auteur. Par compassion, on pourrait penser qu'il a eu le tort de croire trop légèrement des gens peu dignes de foi. Pourtant, les énormes inepties qui jalonnent ses ouvrages laissent plutôt penser qu'il a du fumer un peu trop la moquette de son abbaye - tout du moins, user un peu trop de potions hallucinogènes... Toutefois, une autre explication laisse présager que ces ouvrages s'inscrivaient plutôt dans "l'air du temps" : en effet, Césaire, obsédé par le Diable, considère les Albigeois (les Cathares) comme des suppôts de Satan.