samedi, août 18, 2007

Un député (barbouze?) soutient les barbouzes des services de renseignements


Pas de contrôle pour les barbouzes


Tout est prêt. Au printemps, le député (UMP) Alain Marsaud avait préparé, au terme d'une longue mission d'étude, une proposition de loi instituant un contrôle parlementaire sur les services de renseignement, comme il en existe de longue date en Italie, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Mais, depuis sa défaite aux législatives à Limoges, c'est un autre député de la majorité, Bernard Carayon, élu du Tarn, qui a repris ses travaux... pour en abandonner l'essentiel. Ce dernier ne préconise plus, notamment, que la future commission de contrôle puisse mettre son nez dans les activités des sociétés privées d'intelligence économique. Marsaud avait pourtant souligné que 80% de la collecte du renseignement en France provient de ces structures impénétrables, parmi lesquelles le renseignement de qualité se mèle à la barbouzerie des "officines". Déçu, l'ex-juge-antiterroriste, qui se prévalait d'un accord de principe de Nicolas Sarkozy, estime que certains ont eu peur de bousculer nos services, alors que la plupart de leurs chefs souhaitent un vrai contrôle parlementaire.
Sources: Le Point, n° 1822, 16 août 2007, page 9

Libellés : ,