mardi, mars 07, 2006

La polio a été éradiquée à 99 %. Il reste 1 %. C'est peu et beaucoup

Des bataillons de vaccinateurs contre la polio

Bernard Bonnes, coordinateur de la Fondation Rotary

La polio a été éradiquée à 99 %. Il reste 1 %. C'est peu et beaucoup

Article paru dans l'édition du 07.12.05

Le Rotary International est le principal partenaire privé du programme d'éradication de la polio, orchestré depuis 1988 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Comment votre organisation vit-elle le retard pris dans ce projet, dont l'aboutissement était prévu pour 2005 ?

Il est tout d'abord important de rappeler que le Rotary a lui-même lancé le programme d'éradication de la polio en 1985. Il a ensuite fédéré plusieurs organismes internationaux comme l'OMS, l'Unicef, les CDC (Centres fédéraux américains pour le contrôle et la prévention des maladies), ainsi que de nombreux gouvernements.

Effectivement, l'objectif 2005 ne sera pas atteint, en raison de la propagation de l'épidémie en 2003, depuis le Nigeria. Mais le Rotary ne va pas stopper son effort. Il a été demandé à tous les rotariens et à tous les clubs de poursuivre les dons en faveur du fonds polio. Le Rotary a levé plus de 600 millions de dollars en vingt ans pour lutter contre cette maladie. Il ne va pas s'arrêter là.

Ne craignez-vous pas un effet de lassitude des donateurs ?

De la lassitude, oui et non. La polio a été éradiquée à 99 %. Il reste 1 %, ce qui est très peu et beaucoup à la fois. Le Rotary avait promis qu'il participerait à l'éradication de la polio. Nous ne nous sentirons dégagés de notre promesse que le jour où le concept « un monde sans polio » aura été certifié par l'OMS. Cela devrait prendre encore quelques années. Si aucun cas n'est déclaré en 2006, il faudra en effet attendre trois ans supplémentaires pour que le virus soit déclaré comme totalement éradiqué. Le Rotary continuera d'alimenter le fonds polio pendant cette période, ce qui devrait nous conduire jusqu'en 2009.

Le Rotary n'a-t-il pas envie, aujourd'hui, de passer à une autre cause, comme la lutte contre le paludisme ou l'accès à l'eau potable ?

Ce genre de discussion agite en effet le milieu, pas seulement rotarien d'ailleurs. Mais ceci est prématuré. Il faut continuer à vacciner les enfants contre la polio. On l'a vu avec ce qui s'est passé au Nigeria : le virus peut resurgir rapidement.

Il n'y aura pas d'autre cause à mener, au sein du Rotary, tant que la polio n'aura pas été éradiquée. C'est la logique que nous défendons.

Propos recueillis par Frédéric Potet