mardi, juillet 26, 2005

Un huissier écroué pour avoir détourné 600 000 euros




Au grand dam du parquet, l'huissier ne sait tout simplement pas comment elle a fait pour en arriver là. Ni pour se retrouver, depuis deux jours, derrière les barreaux de la maison d'arrêt d'Agen. Mise en examen mercredi pour abus de confiance par agent public et ministériel dans l'exercice de ses fonctions, Me Bernadette Serra, huissier de justice à Fleurance (Gers), est en effet soupçonnée d'avoir détourné d'importantes sommes d'argent censées transiter par son étude, et ce à des fins personnelles.

Près de 600 000 euros se seraient ainsi volatilisés de ses comptes-clients, sur une période qui reste encore à déterminer par les enquêteurs. A la fin juin, Me Serra avait déjà été entendue par le président du tribunal de grande instance d'Auch, puis immédiatement suspendue de ses fonctions à titre provisoire. A l'époque, la banque de Me Serra avait été la première à faire part de ses soupçons au procureur de la République. Mardi soir, les autorités ont finalement procédé à l'interpellation de l'huissier, dont le placement en détention a été ordonné sur-le-champ.

Au sein de l'étude fleurantine qu'elle dirigeait, et qui lui servait également de domicile, Bernadette Serra avait pour habitude de travailler en famille ; son frère y officiait notamment en qualité de clerc, tandis que son fils, employé assermenté, l'assistait dans ses fonctions. Aujourd'hui, la justice s'interroge sur l'utilisation qu'était faite des sommes détournées. Me Serra espérait-elle simplement pouvoir améliorer son confort personnel ? ou rembourser à plus brève échéance le prêt qu'elle avait contracté pour la rénovation de sa propriété ? Chargés de l'enquête, les hommes du SRPJ de Toulouse attendent avec impatience le résultat des perquisitions menées mardi sur les lieux. Selon le procureur de la République d'Auch, l'institution judiciaire a répondu de la manière forte, mais appropriée.
Ainsi, au sein de la profession, la plupart se disent «très étonnés» par l'éclatement de cette affaire. De fait, Bernadette Serra jouissait d'une excellente réputation auprès de ses confrères, elle qui avait ouvert son étude dans le centre-ville de Fleurance il y a plus de vingt ans. Récemment réélue à la tête de la Chambre départementale des huissiers, elle a dû être aussitôt remplacée, et ses locaux professionnels confiés aux bons soins d'un administrateur provisoire.

Son fils, ainsi que la secrétaire comptable de l'étude auraient tous deux été «licenciés». Ne reste plus que Thierry Serra, le frère de la mise en examen. Bien qu'étant «le premier surpris», l'homme se targue d'être «le seul à être resté en poste» depuis le début du scandale. C'est une histoire de fou, dit-il. Mais ma soeur avait l'art d'embobiner les gens... Visée par une procédure disciplinaire, Bernadette Serra, qui a reconnu les faits, encourt une peine de dix ans d'emprisonnement.

From: Le Figaro, dimanche 24 juillet 2005 à 08:24

L'Arche de Noé

Dans l'année 2004, Dieu visita Noé qui n'habitait pas très loin de la mer et lui dit :

"Une fois encore la terre est devenue invivable et surpeuplée et je dois agir.
Construis une arche et rassemble un couple de chaque être vivant ainsi que quelques bons humains. Tu as six mois pour ce faire avant que je n'envoie la pluie pendant 40 jours et 40 nuits."

6 mois plus tard, Dieu regarda en bas et vit Noé balayant sa cour, mais aucune arche.

"Noé", gronda t-il, "Je vais bientôt envoyer la pluie, où est l'arche?"

"Pardonne moi mon Dieu", implora Noé, "mais les temps ont changé. J'avais besoin d'un permis de construire pour commencer l'arche. J'ai du me battre plusieurs mois avec l'inspecteur au sujet du système d'alarme pour l'incendie. Pendant ce temps, mes voisins se sont réunis en association parce que je violais les règles du lotissement en construisant une arche dans ma cour et que j'allais obstruer la vue. On a du se rendre devant le conciliateur pour parvenir à un accord.
Ensuite la D.D.E a déposé un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour permettre à l'arche d'arriver jusqu'à la mer. J'ai eu beau leur dire que c'est la mer qui viendrait à l'arche, ils n'ont pas voulu me croire.

Obtenir du bois en quantité suffisante fut un autre problème. Les associations pour la protection de l'environnement se sont liguées pour empêcher la coupe des arbres, sous prétexte qu'on allait détruire l'habitat de plusieurs espèces animales et ainsi les mettre en danger. J'ai tenté d'expliquer qu'au contraire tout ce bois servirait à sauver ces espèces, rien n'y a fait.

Quand j'ai commencé à rassembler les couples de différentes espèces animales, la SPA, le WWF et Brigitte Bardot me sont tombés sur le dos. Sous prétexte que j'enfermais des animaux sauvages contre leur gré dans des pièces trop petites pour eux. Qu'en agissant ainsi je faisais acte de cruauté envers les animaux.

Ensuite, l'agence gouvernementale pour le développement durable a voulu lancer une étude sur l'impact pour l'environnement de ce fameux déluge.

Dans le même temps je me débattais avec la D.D.T.E.F.P sur l'emploi de travailleurs bénévoles dans la construction de l'arche. Je les avais embauchés car les syndicats m'avaient interdit d'employer mes propres fils, disant que je ne devais faire appel qu'à des travailleurs hautement qualifiés dans la construction d'arches et si possible syndiqués.

Pour arranger les choses, le fisc a saisi tous mes avoirs, prétendant que je tentais de fuir le pays illégalement, suivi en cela par les douanes qui ont ajouté que je voulais faire passer les frontières à des espèces reconnues comme dangereuses.

Aussi pardonne moi, mon Dieu, mais je ne sais même pas si 10 ans auraient suffit à la construction de cette arche."

Aussitôt le ciel s'éclaircit et un magnifique arc en ciel apparut dans le ciel.

Noé leva la tête et dit "Tu ne vas pas détruire le monde?"

"Non", répondit Dieu, "les gouvernements s'en chargent".

samedi, juillet 23, 2005

L'accés direct aux comptes du débiteur

L'apport de la loi du 11/02/04 Loi n° 2004-130 article 59 modifiant l'article 39 de la loi du 9/07/1991 consacrant l'accès direct au fichier des comptes bancaires du débiteur (FICOBA) poursuivi est très bénéfique.

Le texte a un intérêt certain pour les praticiens, mais aussi pour le quidam souhaitant utiliser la solution énergétique de la saisie attribution de compte bancaire. Le cas d'espèce se concrétisant lorsque l'on ne connaît pas les références bancaires de son cocontractant en défaillance de paiement d'une prestation effectuée, pourtant convenu, ou quand on soupçonne d'après la capacité financière du cocontractant (particulier ou entreprise), dit débiteur ou solvens, qu'il a d'autres comptes.

Le dispositif de l'article 39 loi du 9/07/1991 sur la demande de recherche de l'adresse du débiteur et de son employeur auprès d'abord de l'administration fiscale par l'huissier et en cas d'échec auprès du procureur de la république (PDR) demeure toujours suite à l'obtention du titre exécutoire.

L'article 39 dans son acception initiale concernant l'accès au compte bancaire prévoyait lors de l'obtention d'un titre exécutoire lié à des impayés du débiteur (solvens) au préjudice du créancier (accipiens) de déterminer auprès de quel banque était ouvert un ou des comptes au nom du débiteur. La finalité pour le créancier de la détention de cette information capitale est d'effectuer une saisie sur compte bancaire afin d'être désintéressé rapidement jusqu'à complet paiement.

Procèduralement, cela se traduisait par un délai entre 3 à 4 mois.
Après l'établissement d'un relevé certifié sincère de recherches infructueuses délivré par l'huissier, lorsque celui n'avait pu recueillir les coordonnées bancaires du débiteur, il demandait au PDR d'entreprendre les diligences nécessaires pour connaître "l'adresse des organismes auprès desquels un compte est ouvert".

Vous comprendrez bien que le PDR dans l'exercice de son opportunité de poursuite (article 40 CPP) a peu de temps matériels pour s'occuper de recherche de créance,voire déléguer cette recherche.
L'absence de réponse de sa part valait réquisition infructueuse: cas de figure très courant. 3 à 4 mois étaient donc perdus, sinon plus, lorsque le créancier usait de cette possibilité tardivement.

La modification de cette procédure par l'apport de la loi du 11/02/04 n°2004-130 contribue dans les faits à un gain de temps et rend les chances de recouvrement de créance civile et commerciale plus considérables.

En effet, dans un contexte où dès le titre exécutoire obtenu, se faire régler dans la promptitude doit demeurer la rigueur pour éviter un redressement judiciaire, liquidation judiciaire de la personne morale débitrice poursuivie ou du particulier débiteur en surendettement avéré.

Après signification du titre exécutoire au débiteur par exploit d'huissier, en l'absence de paiement ,il convient de préciser à l'huissier d'appliquer cette disposition nouvelle. Elle lui permet , à condition d'être muni d'un titre exécutoire d'avoir accès au FICOBA.

Ce qui permet in fine de faire diligenter par huissier la saisie sur compte bancaire (article 47 L 1991 précitée) qui met en échec l'interdiction de payer une créance antérieur à l'ouverture en redressement judiciaire de la personne morale poursuivie et le particulier dont la commission de surendettements a accueilli son dossier. Il semble clair à la lecture de la présente analyse sur l'apport de l'accès au FICOBA que ce processus ne fonctionne que si le ou les compte(s)du débiteur poursuivi sont provisionnés.

La sécurité des transactions des services s'est dotée d'un outil permettant de rendre plus facile la saisie des comptes bancaires par son effet dissuasif,rapide, de surprise et surtout rendant indisponible tous les comptes à hauteur des sommes réclamées jusqu'à complet paiement.

Arthur AMONLES
Juriste Contentieux
Cabinet CERCO S.A.
29 rue de Lisbonne
75008 PARIS
Tel: 01 40 750 750

mercredi, juillet 20, 2005


Déchets électroniques: l'heure du grand recyclage a sonné

A partir du 13 août, les fabricants et distributeurs de produits électriques et électroniques seront tenus de collecter et de recycler ces déchets hautement toxiques. Fini les ordinateurs sur le bord du trottoir. Reste que les acteurs sont loin d'être prêts et que le coût sera élevé.

Ils portent un nom un peu barbare mais sont pourtant des objets de notre quotidien : on les appelle les DEEE ou D3E, les déchets d'équipements électriques et électroniques. La France en produit en moyenne 1,7 million de tonnes chaque année, soit 16 kg par an et par habitant, avec une augmentation de 3 à 5 % par an, selon l'Ademe (agence de l'énergie et de la maîtrise de l'environnement). Des téléphones portables, des ordinateurs, des lampes, des jouets ou des distributeurs automatiques, composés de matériaux hautement toxiques comme le plomb, le mercure ou les retardateurs de flamme bromés. Avec un an de retard par rapport au calendrier initial, la ministre de l'Ecologie, Nelly Olin, a présenté mercredi en conseil des ministres un décret transposant une directive européenne de 2003, qui organise la collecte et le retraitement des DEEE. Avant sa publication en fin de semaine.

Suivant la tendance actuelle, la directive impose le principe du « pollueur payeur ». En clair, les producteurs et distributeurs d'équipements électroniques et électriques seront tenus de reprendre gratuitement les équipements usagés lors de la vente d'un neuf et de traiter les DEEE à partir du 13 août. Avec un objectif : la collecte sélective de 4 kg par an et par habitant au 31 décembre 2006 au lieu des 2 kg actuels. A partir de l'an prochain, les producteurs devront également faciliter le démantèlement de leurs articles, leur valorisation et limiter l'usage de certaines substances dangereuses. Et pour bien identifier ces produits électriques et électroniques, on trouvera sur l'article ou l'emballage un petit logo : une poubelle barrée d'une croix.

Tout cela relève pourtant encore de la théorie car aucun des acteurs ne sera prêt dans un mois. La France manque encore de capacité de retraitement par rapport à l'augmentation attendue du volume des déchets. Pour cela des éco-organismes, financés par les entreprises concernées, se sont créés pour organiser la collecte et le recyclage des DEEE. Quatre se sont manifestés : Eco-système, Ecologique, European Recycling Plateform (ERP) ou Recylum. Ce dernier s'occupera essentiellement des lampes à décharges, produit qui représente 80% du volume des D3E. « Pour l'instant nous sommes encore dans une phase d'observation, prévient Hervé Grimaud, directeur général de Recylum, le tri sélectif de ces déchets n'est pas encore mis en place dans les collectivités locales et il nous faut l'agréement des pouvoirs publics. Cela prendra plusieurs mois... ». Et les choses pourraient encore traîner car les collectivités locales ne sont pas prêtes à prendre en charge le surcoût et la logistique nécessaire engendrés par la nouvelle directive. Amorce, une association qui regroupe 245 collectivités locales, refuse tout simplement que ses adhérents mettent en place les nouvelles collectes sélectives tant qu'elles n'auront pas obtenu de l'Etat l'engagement d'une prise en charge à 100% des coûts de la gestion des DEEE par les producteurs. Selon le décret toutefois, les communes et leurs groupements qui assurent la collecte sélective des déchets ménagers recevront des soutiens financiers versés par les producteurs.

Quant au consommateur, il devrait lui aussi être sollicité car les producteurs pourront répercuter le prix du recyclage sur la facture, en affichant clairement le montant de cette opération. Pour l'instant, chacun se refuse à donner des chiffres concernant ce surcoût, toutefois, une expérience grandeur nature menée depuis 2002 par la Communauté urbaine de Nantes donne quelques indications. Si l'on prend en compte leur bilan final, le coût de recyclage d'une imprimante est de 2,70 euros, celui d'un réfrigérateur de 28 euros et de 15,6 euros pour un téléviseur. Un coût qui ne sera évidemment pas répercuté entièrement sur le consommateur mais qui pourrait quand même gonfler la facture de 1% environ, selon une étude de la Commission européenne.

Dans cette même étude, qui a servi de support à la directive, la Commission estime que cette réforme pourrait côuter entre 500 et 900 millions d'euros pour l'Union Européenne si l'on prend en compte un coût de collecte de 200 à 400 euros par tonne auquel il faut ajouter entre 10 et 500 euros de recyclage en fonction du type de produit. Un surcoût qui ne semble pas effrayer les producteurs qui préfèrent parler du bénéfice engendré par l'image d'une entreprise « éco-responsable ». Ainsi, chez Hewlett-Packard, l'une des quatre entreprises fondatrices de l'éco-organisme ERP : « En tant qu'entreprise leader on ne peut tout simplement pas considérer que la fin de vie des produits que nous commercialisons ne nous concerne pas. Les efforts demandés par cette nouvelle directive en terme de recyclage et de réduction de matériaux dangereux sont payants car ils sont un élément déterminant dans l'attribution des marchés et les décisions d'achats », explique Christophe Stener, secrétaire général d'HP France. La nouvelle directive devrait également permettre de donner une nouvelle dimension à la filière. « C'est un marché extraordinaire qui est en train de se créér : il y a de la plus-value à réaliser et des emplois à venir dans la collecte ou le pré-tri », souligne Yann le Pleux, délégué adjoint de la fédération ENVIE, une entreprise solidaire qui se charge de la collecte et du tri des D3E depuis 20 ans. Selon l'étude de la Commission, ce sont plus de 10 000 emplois qui pourraient ainsi être créés dans la filière des DEEE en Europe.

Béatrice Héraud

mardi, juillet 19, 2005

Addiction aux courriels

Etude : le cannabis moins nocif pour le QI que l'abus d'emails

Si l'on vous dit qu'il vaut mieux fumer du cannabis plutôt que d'abuser de votre messagerie électronique, qu'en penseriez-vous ? Impossible... et pourtant vrai ! Le groupe informatique Hewlett-Packard a commandité une étude auprès du très sérieux King's College de Londres et de son institut psychiatrique.

Le professeur Glenn Wilson a mené des expériences et observé le comportement de 1100 personnes se trouvant sur leur lieu de travail. Sur le nombre, il a pu rendre compte d'une certaine déviance chez des professionnels qui consultaient leur messagerie électronique à plusieurs reprises en 60 minutes, au bureau mais aussi en rentrant chez eux le soir et pendant les week-ends.

L'institut psychiatrique du King's College de Londres estime à 62 % la proportion d'adultes qui sont de véritables drogués de l'email . Et à environ 50 % le taux de salariés qui mettent un point d'honneur à systématiquement répondre dans un délai maximum de 60 minutes aux messages qui leur sont envoyés. Enfin, 5 % des sujets d'étude se sont dit heureux d'interrompre une réunion pour répondre à un email ou à un message téléphonique.

C'est ce que HP appelle l'info-mania . Celle-ci pourrait faire sourire, si elle n'induisait pas d'effets néfastes sur la santé. Car il faut savoir que de telles addictions à sa messagerie électronique ou instantanée ont de sérieuses conséquences sur le quotient intellectuel des sujets . Lors d'une série de tests menés par l'institut psychiatrique, le professeur Glenn Wilson a pu mesurer que le QI moyen des patients chutait de 10 points lorsqu'ils étaient constamment distraits par l'arrivée d'un courrier électronique.

C'est là qu'intervient le cannabis : comparativement, le QI d'une personne qui vient de fumer de la marijuana ne chute 'que' de 4 points . Et une perte de 10 points revient à la perte d'une entière nuit de sommeil. Et le professeur Glenn Wilson de conclure : "L'info-mania, si elle n'est pas traitée, affaiblit la performance des salariés en réduisant leurs capacités intellectuelles".

Les entreprises qui, sur le conseil de toutes les sociétés spécialistes de la mobilité, suréquipent leurs collaborateurs avec des téléphones portables, assistants personnels, ordinateur portable et autres vont être déçus en apprenant que finalement leurs salariés n'en ressortent pas plus productifs mais juste beaucoup moins concentrés et un peu plus idiots...

From: Atelier groupe BNP Paribas, 27/04/2005

dimanche, juillet 17, 2005

Voix humaine (jeu de)




Office de la Ste Charlotte à la cathédrale St Pierre de Nantes (jeu de voix humaine)

jeudi, juillet 14, 2005

A Computer Spy Unmasked

For years Jean-Bernard Condat has undoubtedly been France's best-known computer hacker. Appearing on television talk shows, launching provocative operations and attending computer seminars, he founded the Chaos Computer Club France (CCCF) in 1989 as France's answer to the renowned Chaos Computer Club in Germany. French journalist Jean Guisnel revealed this week in a book entitled Guerres dans le Cyberespace, Internet et les Services Secrets (Cyberspace War, Internet and Secret Services) published by the Editions La Decouverte (ISBN 2-7071-2502-4) that Condat has been controlled from the outset by the Direction de la Surveillance du Territoire. A student in Lyons where he followed music and information technology courses, Condat was taken in hand by the local branch of the DST in 1983 after committing some "minor misdemeanor." The DST organized his participation in hacker meetings abroad. Guisnel said that from 1989 onwards "Jean-Luc Delacour, Condat's handler at the DST, decided that his proteg was ready for bigger and better things." He asked Condat to start up CCCF, then worked to promote his public image in order that the largest number of hackers would gravitate towards him. The DST printed hundreds of T-shirts and thousands of post cards for him. When Thomson and Pechiney found that hackers were trying to break into their systems Condat enabled the French counter-espionage service to trace the intruders. When he was taking part in a television program in 1991 in which he was to demonstrate how to hack into a system his handler dictated what he should say in his earphones. Questioned by Intelligence Newsletter, Condat admitted he had worked for the DST over a 52 month period and written up 1,032 reports during that time. He claims, however, that he broke with the DST in 1991 and that he intends to shortly publish an account of what he calls his "turpitude." Whether true or not, Condat worked for several years for the SVP company before leaving it a few months ago to take over a key function: he is now system operator for the France forum on Compuserve.

Guisnel cites any number of cases of how "Internet is controlled to the bone" by such measures as turning around hackers, systematically bugging computer networks and manipulating newsgroups. "If no serious company should confide its correspondence to the network and if no government should use it to transmit sensitive information the reason is that the NSA is watching and that all the network's communications physically travel through the U.S., and very probably through computer filters at its installations at Fort Meade, Maryland," Guisnel said. He said the conclusion was that advanced encryption programs like PGP needed to be used if one wants to communicate in a secure manner on the Internet. Citing the debate raging in the U.S. over computer security which has made little impact in Europe, Guisnel called on France to authorize the use of encryption by everyone and criticized the country's reactionary policy in that score. He said the attitude, while defensive in nature, was all the harder to understand because its first consequence was to increase the vulnerability of French companies, to the benefit of NSA.

[From CuD #12.4.7]

Addiction: un internaute français sur 10 ne peux plus se passer du courriel

A l’occasion de son 10ème anniversaire, Club Internet dévoile les résultats d’une étude Ipsos concernant l’impact de la Toile sur le mode de vie des Français. En l’espace de dix années, de 1995 à 2005, le marché français de la fourniture d’accès à Internet est devenu l’un des plus dynamiques d’Europe. Le FAI Club Internet (T-Online), qui lui-même fête sa 10ème année d’activité au niveau national, profite de l’occasion pour dévoiler les résultats d’une étude concernant l’impact du Net sur les comportements et les modes de vie des Français. Le sondage a été réalisé conjointement avec l’institut Ipsos, "par questionnaire en ligne auto administré entre le 15 et le 25 avril 2005 auprès de 852 abonnés, dont 420 en haut débit et 432 en bas débit" Si les internautes concernés "ne devaient garder que trois moyens de communication", 85% opteraient pour Internet, 57% pour la télévision et 50% pour la téléphonie mobile. La presse papier arrive en dernière position (29%), les internautes lui préférant la radio (42%) et la téléphonie fixe (33%). Ces mêmes internautes ne peuvent plus se passer du courrier électronique, pour 91% d’entre eux. D’autres services rendent également "accros" : La banque en ligne (52%), les services administratifs (42%), le e-commerce électronique (38%), l’actualité en ligne (36%). Les services prometteurs sont la messagerie instantanée (28%), le téléchargement et l’écoute de musique (14%). En revanche, les blogs ne font pas – encore – l’unanimité. Pour conclure : 60% des internautes interrogés souhaiteraient pouvoir se connecter quel que soit l’endroit où ils se trouvent, 46% pouvoir travailler et étudier chez soi… Les usages nomades du Net ont de l’avenir. (Ariane Beky – NetEconomie du 28/06/2005)

Lu pour vous dans Brèves des FAI, Juillet 2005 [mdan@club-internet.fr]

mercredi, juillet 13, 2005


Problématique d'informaticien

Objet de l'appel : problème de software

Il y a un an et demi j'ai changé ma version Fiancée 7.0 par la version Épouse 1.0 et j'ai observé que le programme a lancé une application inattendue appelée Bébé 1.0 qui prend beaucoup d'espace dans mon disque dur.

Dans la notice, cette application n'est pas mentionnée. D'autre part, Épouse 1.0 s'auto-installe dans tous les autres programmes, et se lance automatiquement dès que j'ouvre n'importe quelle autre application, parasitant l'exécution de celle-ci. Des applications telles que Bière entre Copains 10.3, Nuit de Bringue 2.5 ou Dimanche Foot 5.0 ne fonctionnent plus.

De plus, de temps en temps se lance un programme occulte (virus ?) appelé Belle-mère 1.0 lequel soit plante le système, soit fait que Épouse1.0 se comporte de manière totalement inattendue. Je n'arrive pas à désinstaller ce programme, et ceci est très irritant, surtout lorsque j'essaye d'exécuter l'applicatif "Dimanche Câlin 3.0".

Il semblerait également que certaines fonctionnalités aient des bugs. Par exemple, la commande C:/Petite_pipe_du_samedi.EXE qui ne s'active jamais.

J'envisage de revenir au programme que j'avais avant, Fiancée 7.0, mais la processus de Désinstallation d' Épouse 1.0 me semble fort complexe, et je ne mesure encore pas bien les risques que cela peut comporter pour les autres applicatifs comme Bébé 1.0, qui je l'avoue est très convivial.

Pouvez-vous m'aider ?
Un utilisateur démoralisé.


RÉPONSE

Cher Utilisateur :

Votre plainte est très fréquente parmi les utilisateurs, mais elle est due la plupart du temps à une erreur basique de conception : Beaucoup d'utilisateurs passent de n'importe quelle version de "FiancéeX.0" à "Épouse 1.0" avec l'idée fausse que "Épouse 1.0" n'est qu'un programme de divertissement et utilités. Cependant, Épouse 1.0 est bien plus que ça :

Il s'agit d'un OPERATING SYSTEM complet, créé pour contrôler et gérer tout vos applicatifs. il est presque impossible de désinstaller "Épouse 1.0" et revenir à uneversion "Fiancée X.0", car il y a des applications occultes dans ce système qui feraient que "Fiancée X.0" se comporterait comme Épouse donc vous n'y gagnez rien.

Même problème avec "Belle-mère X.0". Ces programmes sont d'anciennes générations, desquels dérivent "Épouse X.0" et entraînent souvent des problèmes de compatibilité. Avec un peu de chance, ils finissent par être victime d'un virus et disparaissent au bout de plusieurs années.

Certains utilisateurs ont essayé de formater à nouveau tout le module, pour installer ensuite les programmes "Fiancée Plus" ou "Épouse 2.0",mais cela leur a créé plus de problèmes qu'avant (lire dans la notice, au chapitre Mises en garde, le paragraphe Pensions alimentaires et Garde partagée des enfants).

D'autre part, si vous installez la version "Fiancée 8.0", n'essayez pas de passer par la suite à "Épouse 2.0", parce que les problèmes générés par ce nouveau système sont encore pires qu'avec "Épouse 1.0".

Bien qu'il existe une version "Épouse 3.0" et même 4.0, ces programmes sont réservés aux spécialistes, d'un coût extrêmement élevé et nous les déconseillons pour l'utilisateur normal. Si tous ces systèmes échouent, nous vous conseillons d'opter des programmes tout à fait différents comme "Célibat 1.0" ou "Tarlouze 5.3" ;mais je vous conseillerai plutôt de garder "Épouse 1.0" et de le manipuler du mieux possible.

Personnellement, j'ai installé "Épouse 1.0", et je vous suggère tout spécialement d'étudier attentivement toute la partie de la notice concernant les Erreurs Générales (EG's).

Épouse 1.0 est un programme très sensible aux commandes et fonctionne en mode protégé contre les erreurs. Cela signifie que vous devez assumer n'importe quelle erreur qui pourrait se produire quelle qu'en soit la cause, car Épouse 1.0 considère toujours qu'une erreur provient d'une mauvaise utilisation de votre part. Une des meilleures solutions est l'application de la commande :

C:\FAIRE_DES_EXCUSES.EXE dès qu'apparaît le moindre problème ou que le système se bloque. Évitez aussi l'utilisation excessive des touches ESC ou SUPPR, car vous devrez après utiliser la commande : C:\ FAIRE DES EXCUSES.EXE/fleurs/All pour que le programme refonctionne normalement.

Épouse 1.0 est un programme assez intéressant, mais qui peut générer un coût élevé, s'il est mal utilisé. Je vous conseille d'installer un software additionnel pour améliorer la rentabilité Épouse 1.0. comme, Fleurs 5.0, Bijoux 2.3, ou bien Séjour au ClubMed 3.2 .

Vous pouvez aussi vous servir de Ouimonamour 8.0 ou bien de Tuasraisonmachérie 14.7. Vous pouvez les télécharger sur Internet, leurs résultats sont assez satisfaisants. N'installez jamais Secrétairenminijupe 3.3, Petiteamie 1.1 ou Bandedepotes 4.6. Ces programmes ne fonctionnent pas dans l'univers Épouse 1.0 et pourraient causer des dommages irréversibles dans le système.

Pour la fonctionnalité : C:/Petite_pipe_du_samedi.EXE, elle ne s'activera qu'après l'exécution d'autres commandes Comme :/Collier_en_diamant.EXE ou C:/la_faire_picoler.EXE

Bonne chance .
Le service d'assistance technique

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nous avons reçu de nombreuses plaintes de nos utilisatrices qui ont précipitamment remplacé leur version de MonMec 1.0 par MonMari 1.0.

Les bugs suivants ont été signalés :

- Alors que MonMec 1.0 fonctionnait automatiquement sans problème chaque jour , MonMari 1.0 refuse de se mettre en route plus d'une fois par semaine, à la rigueur deux , et encore faut-il auparavant avoir activé LingerieFine 3.0 et Turlutte 4.2.

- MonMec 1.0 était livré avec de nombreuses extensions différentes, alors que MonMari 1.0 n'en propose qu'une seule : l'extension 'missionnaire'.

- Alors que MonMec 1.0 fonctionnait sans problème pendant 24 heures, MonMari 1.0 se désactive au bout de 3 minutes et affiche le message : "#exécution de la routine terminée, passage en mode veille# " La phase de la veille étant accompagnée de l'émission d'un inquiétant bourdonnement de l'unité centrale , impossible à supprimer. Certaines utilisatrices ont pu désactiver la carte-son par application de la fonction "oreiller sur la tête", mais cela peut provoquer des arrêts complets du système.

- Les extensions BouquetDeFleur, CaféAuLit, RepasAuxChandelles et VeniseTravel ont été supprimées sur MonMari 1.0 et remplacées par les extensions TVfoot , TVrugby, TVformule.1, et CuiteAvecMesPotes. La majorité des utilisatrices les trouvent superflues et regrettent que ces extensions se mettent automatiquement en route quand elles essayent d'activer l'extension VaisselleWash, qui fonctionnait pourtant très bien sur MonMec 1.0.

- L'extension Ecoute, plus ou moins développée selon les différentes versions de MonMec 1.0 , a complètement disparu de MonMari 1.0. Les utilisatrices ayant essayé d'installer la version MonMec 2.0 pour suppléer aux déficiences de MonMari 1.0 ont essuyé de cuisants échecs, MonMari 1.0 étant équipé de l'anti-virus PoingDansLaGueule 8.0.

- En raison d'une utilisation excessive des fonctions CuisineFine et Apéro , qui provoquent un stockage de données sur la zone médiane de votre disque dur , MonMari 1.0 a une tendance fâcheuse à augmenter en taille et en poids.

De façon générale, le malentendu provient du fait que MonMec 1.0 faisait partie de la catégorie "Utilities and entertainment software" alors que MonMari 1.0 est un système d'exploitation global qui tend à utiliser toute votre mémoire vive.

- MonMari 1.0 génère des bugs affectant un certain nombre de programmes vitaux de votre système tels que BisousPhone 6.0, MeetFriends 2.0, Movie 5.0 et Readbook3.2. Certaines versions de MonMari 1.0 essayent même de supprimer MyJob1.0 et de le remplacer par ChildRen 5.1, auquel cas il deviendra extrêmement difficile pour votre système de tourner sans MonMari 1.0.

=> De nombreuses utilisatrices ont trouvé la solution qui consiste à désinstaller Mon-Mari 1.0 avant d'avoir mis en route la fonction ChildRen5, et de le remplacer par plusieurs versions de MonMec 1.0 tournant simultanément. Le bon fonctionnement de cette solution nécessite l'achat de nouvelles barrettes-mémoire et une excellente gestion du système.

Dictionnaire des bébétudes

Avion
Ce que Maman imite pour faire manger ses betteraves à son fils d'un an.

Baiser
Médicament maternel.

Bébé
1. Papa, quand il a un rhume.
2. Le plus jeune enfant de Maman, même s'il a 42 ans.

Balade sympa
Aller n'importe où ... sans les enfants.

Bordel
Affaires appartenant à Papa.

Chewing gum
Adhésif pour cheveux.

Chiffons à poussière
Voir "Sous-vêtements paternels"

Congelé
1. Type de nourriture.
2. Ce que sera l'Enfer, le jour où elle laissera sortir sa fille avec un garcon plus agé - et ayant une moto.

Co-voiturage
Système complexe de transport, où Maman se retrouve toujours avec le plus grand nombre d'enfants, ceux qui ont le plus de choses sucrées et dégoulinantes, et/ou ceux qui doivent aller le plus loin.

Chine
Pays légendaire, présumément peuplé d'enfants qui mangent tous leurs légumes.

Énergie
Ce que les enfants ont en surplus, jusqu'à ce qu'on leur demande de faire quelque chose.

Extra-terrestre
Ce que Maman suspecterait d'avoir envahi la maison, si elle voyait une créature enfantine nettoyer derrière elle.

Fable
Histoire racontée par un adolescent arrivant à la maison après l'heure convenue.

Génies
Tous les enfants de Maman... étonnant, non ?

Jackpot
Quand tous les enfants dorment chez des amis !

Jeans
Conviennent à toutes les occasions, selon les enfants, y compris la messe et les enterrements.

Ketchup
Horreur à base de tomates, utilisée par les enfants pour ruiner le plat que Maman à mis des heures à cuisiner et à épicer comme il faut.

Lac
Grande étendue d'eau dans laquelle un garçon se jetera si ses copains le font. (voir Panurge)

Lait Liquide
nourrissant que les enfants ne boivent que s'ils l'ont transformé radicalement par adjonction massive de sucre et de coca-cola.

Lit et Petit déjeuner
Deux choses que les enfants sont incapables de faire tous seuls.

MAMAAAAAAANNNNN !
Le cri d'un enfant, situé un autre étage, et qui veut quelque chose.

Manger
Ce que les enfants font entre les repas.

Meeeeee...e!
Terme usuel pour : "Maman !, y a vraiment rien d'autre que tu puisses faire pour m'embarrasser devant mes copains ?!"

Mensonge
Une "exagération" utilisée par Maman pour transformer un projet un peu faiblard d'étude des volcans en une expérience pouvant mener directement au Nobel en passant par Harvard.

Nourriture
Réponse donnée par Maman à la question : "Qu'est-ce qu'on mange ce soir ?" (Synonyme: Sarcasme)

Océan
Ce à quoi resssemble la salle de bain après le bain vespéral des enfants, des animaux domestiques, de quelques serviettes et plusieurs douzaines de jouets de bains, voitures et animaux.

Oreilles
Endroit où les enfants emmagasinent la saleté.

Parce que
Explication maternelle pour faire faire des choses qui ne peuvent s'expliquer logiquement.

Panier à linge sale
Panier en osier, muni d'un couvercle, entouré par (mais ne contenant pas) du linge sale

Parce que je le dis
Raison suffisante, selon Maman.

Peut-être
NON

Pomme
Dessert nutritif que les enfants échangent contre des bonbons.

Salle de Bains
Pièce utilisée par toute la famille, mais considérée par tous (sauf Maman) comme étant auto-nettoyante.

Sortie
Quand Maman quite la maison avec Papa, et où Maman peut encore s'inquiéter pour les enfants, mais dans des habits différents.

Tapis
Matière dispendieuse recouvrant les planchers, utilisée pour receuillir les chutes d'eau ou de coca-cola, et pour enlever la boue des chaussures.

Téléphage
Synonyme d'Enfants.

Voyous
Les copains des enfants.

Garçon
- Un appétit avec de la peau autour.
- Un jeune qui aime son chien, parce que c'est le seul être dans la maison qui ne lui reproche rien.
- Du bruit avec de la crasse autour.

Peste
Enfant "à problèmes", dont la seule qualité réside dans le fait qu'il représente une déduction fiscale

dimanche, juillet 03, 2005


L'OCVV fête ses dix ans de vie... végétale




Créé en 1995, l’office communautaire des variétés végétales est depuis 1997 à Angers, où il fête ce lundi 13 juin 2005 ses dix ans de croissance. Sans le ministre de l’Agriculture.

Drôle d’institution que l’office communautaire des variétés végétales (OCVV). Ni administration, ni entreprise, un peu les deux à la fois. Et surtout une activité florissante qui lui permet de s’autofinancer grâce aux redevances payées par les pays membres.

A ce jour, s’inscrivant dans la logique du marché unique, l’OCVV aura traité 21000 demandes d’inscription de nouvelles espèces végétales sur le territoire européen, dont un peu plus de 18000 proposées par les obtenteurs des 25 pays de l’Union. Chaque année, la demande augmente, dopée notamment par l’attrait pour les nouveautés en plantes ornementales. Même si la pente s’infléchit un peu, c’est un office de référence au plan mondial qui fête ce lundi ses dix ans d’existence dans les greniers Saint-Jean à Angers. Un office par lequel les Américains sont obligés de passer pour prendre pied sur la vieille Europe. Un office auquel les Chinois demandent des rapports quand ils veulent eux-mêmes traiter un nouveau dossier.

16 nationalités différentes

L’OCVV s’est implanté à Angers en 1997, après un lobbying d’Hervé de Charrette, alors ministre des Affaires étrangères qui, selon Bart Kiewiet, le président néerlandais, a « poussé, poussé. » Installé dans un ancien hôtel restaurant de grande classe grâce au relais efficace de la Ville d’Angers, l’institution européenne emplois quarante personnes (ingénieurs agronomes, juristes, secrétaires), de seize nationalités différentes. Les derniers arrivés sont des Polonais.

Si les Français sont les plus nombreux, on y parle et écrit plus facilement en anglais. Dans ce contexte, et alors que l’agglomération angevine brigue d’être un pôle de compétitivité européen en matière de végétal, la défection du ministre de l’Agriculture, Dominique Bussereau, annoncé pourtant dans un premier temps, a forcément déçu. [Signé : Vincent Boucault]

Lu pour vous dans « Le Courrier de l’Ouest », 13 juin 2005, édition Angers (Europe)

Pour aller plus loin, voici le site de l'OCVV

Coordonnées de l’OCVV : OFFICE COMMUNAUTAIRE DES VARIETES VEGETALES - OCVV
COMMUNITY PLANT VARIETY OFFICE - CPVO: 3 bd Maréchal Foch, BP 2141, 49021 ANGERS CEDEX, 02 41 25 64 00, fax: 02 41 25 64 10, cpvo@cpvo.eu.int