mardi, janvier 04, 2005

Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens

Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens

Je sais, je donne un peu l'impression de l'anti-clérical de base. Ce qui est faux. La religion est la plus sublime fiction et l'une des créations imaginaires qui nous différencient des animaux. C'est juste une chose bien trop sérieuse pour être laissée aux "religieux", ni même aux "spirituels" et aux "croyants". Et d'ailleurs, être "anti-clérical" supposerait que j'ai un problème avec la cléricature, l'organisation sacerdotale, ce qui n'est pas le cas, contrairement aux déistes. Je suis laïciste (c'est-à-dire défendant la liberté de conscience) mais aussi contre les religieux laïcs, comme l'Opus Dei. Un brave Jésuite me dérangera toujours moins qu'un militant religieux laïc.

Je lis très souvent (l'autre jour dans un édito de Val du Charlie Hebdo, aujourd'hui chez Marsyas sur la politique américaine) que la célèbre phrase attribuée au légat Arnaud Amaury "Tuez les tous, Dieu reconnaîtra les siens" quand il fit massacrer les habitants de Béziers, Albigeois ou non le 22 juillet 1209, serait "apocryphe", voire franchement douteuse.

Bon, on n'a pas d'enregistrement mais je crois au contraire que l'historicité est plutôt vraisemblable. (Je reprends ici la traduction d'un vieil email que j'écrivis dans des temps plus heureux, sur une mailing-list Mystara/Donjons & Dragons).

1. La source est Petrus Caesarius de Heisterbach. Pierre Césaire était Cistercien et favorable à Amaury (qui était aussi Cistercien). Son texte est d'ailleurs une défense de la Croisade contre les hérétiques cathares.
Donc la source est fiable et n'a pas de préjugé visible contre Amaury. Certes Césaire écrit longtemps après les événements et il peut romancer (mais pourquoi aurait-il inventé cette histoire ?) mais en tout cas ce n'est pas parce qu'il voudrait noircir son confrère.

2. Le contenu est une citation de la Bible, en l'occurrence par exemple 2 Tim. 2: 19 "Le Seigneur sait qui sont les siens", dans la Vulgate "Cognovit Dominus qui sunt eius". Or, on sait qu'Amaury, comme de nombreux Cisterciens du XIIIe siècle, truffait ses phrases de citations bibliques.
Donc le contenu est vraisemblable.

3. Le contexte n'avait rien de choquant pour un Médiéval.
Des rituels comme l'Ordalie, le Jugement de Dieu suppose après tout que la Providence intervient pour sauver les Justes. Les Croisés ont vraiment massacré les habitants de Béziers (au moins 20 000, peut-être 60 000 morts quand même). Amaury a sans doute vraiment tenté de rassurer les Croisés inquiets. Innocent III, qui condamna les crimes de la Croisade de 1204 à Byzance, déclara que les "Cathares étaient pires que les Sarrasins".

En conclusion, Messieurs les Jurés, la source est fiable, le contenu est très vraisemblable et n'aurait pas eu le sens choquant que nous lui attribuons.

J'en conclus que la phrase a des chances d'être historique et qu'on peut la prendre comme tel, et qu'on peut donc en faire un usage polémique contre certains éléments religieux.

En revanche, on peut aussi faire l'histoire des Révisionnismes qui ont voulu nier cette historicité. Pourquoi tout le monde répète-t-il tout le temps que cette phrase est apocryphe (et pas toutes les phrases historiques) ? Tout a commencé au XIXe siècle quand des historiens catholiques ont commencé à refuser la phrase qui leur paraissait de la propagande des Lumières. A moins que le pieux Pierre Césaire (vers 1170-1240) ne soit lui-même une fabrication ?

Cf. Berlioz , Jacques, Tuez-les tous Dieu reconnaîtra les siens. Le massacre de Béziers et la croisade des Albigeois vus par Césaire de Heisterbach, Portet-sur-Garonne : Loubatières, 1994.