mardi, juillet 06, 2004

1e réunion statutaire pour démédulés profonds

Personne ne semble vouloir me rejoindre au bar de l'Hôtel Régina plein comme un oeuf de touristes se goinfrant de cacahouètes en avalant à petite gorgée 25 cl d'eau d'Evian perdu parmi une forêt de glaçons industriels à l'eau bien polluée de Paris. Il est 18h35 et je m'inquiète du ballet des maîtres d'hôtel. David, mon serveur attitré est stressé et semble avoir des difficultés à nous trouver une table. J'avale une 33 cl d'Heineken et salue Philippe, le décorateur des stars. Il vient se plaindre que son fils de 14 ans est en train de doubler sa 4e. Con comme lui, je pense que seul un institut privé pourrait le sauver (l'internat des VIP à Saint-Denis-en-France, par exemple). Philippe pense à sa femme traumatisée de savoir le devenir de son fils lié au résultat du recours de son mari refusant de savoir son fils en pleine adolescence.Didier l'ex-protocole arrive, suant de cupides pensées. Il commande un double Whisky-Saur (simplement parce que le club le lui paye aujourd'hui). Petitesse quand tu nous tient. Jacqueline, l'attachée de presse arrive... et s'inquiète de nous voir déprimé. Martine, l'ex-comptable, semble avoir toujours un balai dans le cul. Elle tend son Money et les chéquiers du club à Patrick (mon parrain, médecin-chef d'Air France). C'est le changement de bureau. Mais personne ne sait qui fait quoi. Heureux comme un ange de ne rien faire cette année, j'offre une tournée. Didier-le-radin applaudit. La présidente me raccompagne au métro Tuileries. Elle voudrait savoir ce que je pense des 100 ans du Rotary. Elle n'a pas d'idées et souhaite en acquérir sans frais. Je suis la bonne poire. Je la laisse à St-Lazare heureuse que son amie Nathalie, secrétaire générale des Glénan soit enfin tombée (mort d'un jeune ado de 17 ans dans le Finistère). L'amour d'autrui commence par sa mise à mort. La 1e réunion de notre nouvelle présidente est loupée. Pas d'info, pas de gouvernance. Que du vol d'idées.

0 Comments:

<< Home